Loneliness

Loneliness

dimanche 11 novembre 2007

REEL ou IRREEL...

Image Muttifree
***
Entretien entre Eckhart Tolle et Andrew Cohen


Andrew Cohen : Souvent, le terme « éveil » est interprété comme la fin de la division au sein du moi et la découverte simultanée d'une perspective ou façon de voir qui est intégrale, complète, ou libre de la dualité. Certains, qui ont fait l'expérience de cette perspective, disent que la réalisation ultime est qu'il n'y a pas de différence entre le monde et Dieu ou l'Absolu, entre le Samsara et le Nirvana, entre le manifesté et le non-manifesté.
Mais d'autres disent qu'en fait, la réalisation ultime est que le monde n'existe pas du tout, qu'il n'est qu'une illusion, vide de sens, de signification et de réalité.
Dans votre expérience, le monde est-il réel ? Est-il irréel ? Ou les deux à la fois ?


Eckhart Tolle : Même lorsque je rencontre des gens ou que je me promène dans la ville, faisant des choses ordinaires, le monde m'apparaît comme des frémissements à la surface de l'être. Au dessous du monde des perceptions sensorielles et de l'activité mentale, il y a l'immensité de l'être. Il y a une vaste étendue, une vaste immobilité, et une petite activité frémissante à la surface, qui n'est pas séparée, tout comme les vagues ne sont pas séparées de l'océan. Je ne perçois donc aucune séparation. Il n'y a pas de séparation entre l'être et le monde manifesté, entre le manifesté et le non-manifesté. Mais le non-manifesté est tellement plus vaste, profond et grand que ce qui se passe dans le manifesté. Chaque phénomène dans le manifesté est de si courte durée et si fugitif qu'effectivement, dans la perspective du non-manifesté qui est l'être ou la présence au-delà du temps, on peut presque dire que tout ce qui se produit dans le domaine du manifesté ressemble à un jeu d'ombres. C'est comparable à de la vapeur ou de la brume, où de nouvelles formes surgissent et disparaissent sans cesse. Pour celui qui est profondément enraciné dans le non-manifesté, le manifesté pourrait très facilement être qualifié d'irréel.
Je ne le qualifie pas d'irréel car il ne m'apparaît pas comme étant séparé de quoi que ce soit.

Andrew Cohen : Donc, il est réel ?

Eckhart Tolle : Tout ce qui est réel est l'être lui-même. Seul existe la conscience, la conscience pure.

Andrew Cohen : Votre définition de " réel ", serait donc : ce qui est libre de la naissance et de la mort ?

Eckhart Tolle : C'est exact.

Andrew Cohen : Donc, seul ce qui n'est jamais né et ne saurait mourir est réel. Et puisque le monde manifesté est ultimement non séparé du non-manifesté, à vous suivre, on en déduit qu'il est réel.

Eckhart Tolle : C'est exact, et même en chaque forme sujette à la naissance et à la mort, l'immortel est présent. L'essence de toute forme est ce qui est immortel. Même l'essence d'un brin d'herbe est l'immortel. C'est pour cette raison que le monde des formes est sacré. Le domaine du sacré n'est pas exclusivement l'être ou le non-manifesté car même le monde de la forme, je le considère comme sacré.

13 commentaires:

Aditi a dit…

Superbe dialogue ...

Merci de nous le faire partager... je ne l'avais pas encore lu...

Aditi

MuttiFree a dit…

Merci Aditi... ce n'est qu'un extrait (j'ai oublié de le préciser)...

Belle journée.

home64 a dit…

Hello mutti

Que de post de qualité sur ton blog;
merci pour ces commentaires d'Eckhart Tolle, que je ne connaissé pas.

Bise, à bientôt

home64

MuttiFree a dit…

Merci Home64, je prends ton commentaire pour un encouragement dans une période où justement "le mental" me rattrape un peu avec toute une série de questionnements sur le bien fondé de ce genre de communications... comme je suis en déplacement et que je te réponds à partir d'un autre ordinateur... peut-être me serais-je "retrouvée" à mon retour... En tous les cas, merci de tout coeur.

Je t'embrasse.

le baladin a dit…

pour moi la vie et la mort sont liés a notre existence c'est le chemin que doit faire notre âme pour s'améliorer !!! l'âme est le 3éme point elle enregistre au travers nos vies notre évolution elle est l'immortalitée pour ateindre un jour la perfection de la lumière bisous phil

ariaga a dit…

J'ai la plus grande défiance envers le mot "éveil" mais pour une fois j'ai abaissé mes barrières et lu ce dialogue avec intérêt. Je t'embrasse.

manuela a dit…

J`ai beaucoup apprécié ce dialogue...une perspective bien différente de ce que l`on considère réel...l`essence et l`immortalité...une énigme...une douce soirée...

Lung Ta a dit…

J'apprécie les textes de Eckhart Tolle, j'aime un peu moins le personnage, un côté un peu "coincé" (bizarre pour un "éveillé") et un peu planant au dessus, hihihi mais il estcertainement plus équilibré que moi et c'est certainement mes perturbations qui me font dire cela
En tout cas l'échange est intéressant, comme ses écrits

Pour c equi est de la comm' par blog et de tes réflexions, c'est important que l'outil reste un moyen et pas une fin (je dis car j'ai moi même tellement tendance à faire qu eje peux facilement tomber dedans ;-) )

chaleureusement

Lung Ta a dit…

J'ai oublié de dire, bravo pour le travail desimages !

MuttiFree a dit…

Oui, Phil, je ne doute absolument pas du chemin à parcourir pour évoluer en conscience.
Je t'embrasse tendrement.

MuttiFree a dit…

Comme je comprends, chère Ariaga, je me suis tant défiée moi-même, et pas seulement du mot "éveil", le mot "maître" est allé jusqu'à me révulser parfois, tant certaines "rencontres" placées sous cette appellation se sont avérées bien illusoires bien que je garde respect et compréhension pour ces êtres sans doute aucun sincères dans leur approche mais sans perception de l'inflation de leur égo... il y a là, au demeurant bien des choses à apprendre et à reconnaître, sans jugement mais lucidement...

Bien à toi, je t'embrasse.

MuttiFree a dit…

Cher Lung Ta, ton message me réchauffe le coeur, oui,l'outil est un moyen non une fin... chaleureusement merci pour ce rappel et en ce qui concerne Eckhart Tolle je me sens très proche de ton sentiment... mes premières lectures de ses ouvrages m'ont laissée parfois "dubitative" , cependant dans l'extrait de l'entretien posté ce qui a résonné c'est le sens du non-séparé, de la perception non duelle entre manifesté et non manifesté et surtout peut-être de l'aspect "sacré" de toutes formes puisque cette expression reflète mes propres perceptions quand bien même je n'utiliserais sans doute pas (ou plus) le mot "sacré"... beaucoup trop conceptualisé à mon sens...

Je t'embrasse très affectueusement.

PS : Merci pour ton appréciation généreuse de mes images. Pas "pro" pour deux sous, cette activité est pour moi un lieu de repos, de méditation et de liberté qui me permet en outre de m'amuser comme une petite folle...

Anne marie a dit…

Bonjour
En accord avec Lunta Ta "l'outil est un moyen non une fin" et bien sur ,tes images et tes peintures sont supers .
Les questionnements et les expériences nous font avancer sur ce chemin parfois sinueux .
L'important est de trouver celui qui nous correspond .
Bien avec toi et passe un bon WK .