Loneliness

Loneliness

jeudi 10 décembre 2009

Equanimité ...



Trop souvent, ici et là, regardant le monde tel qu’il nous apparaît, nous refusons de croire qu’en tout être réside, fondamentalement, LA BONTE.
Pourtant, cette graine, ce germe, sans aucun doute fortement entravé dans son essor pour être vu clairement au quotidiens de nos existences, VIT, bel et bien, dans la profondeur de tout être.
Nous observons notre monde et ne percevant en principal que l’égoïsme, la colère, l’envie, la jalousie, l’attachement aux désirs, aux plaisirs… la fierté, l’orgueil…. Nous critiquons, nous nous insurgeons, nous révoltons… voire, nous nous désolons… sans voir que LE REMEDE se trouve, en notre propre sein et n’attend que notre attention, et notre INTENTION.

Ce remède, très simplement, ne réclame que notre intention de pratiquer lucidement, L’EQUANIMITE de notre cœur.

Nous parlons tous, d’attitude ouverte, de cœur ouvert… c’est déjà magnifique… mais avons-nous, vraiment, éliminer toute partialité ?

Portons-nous, vraiment, envers tout ce qui existe au quotidien de cet ici et maintenant, un regard bienveillant, ouvert, disponible, compassionnel, empli de cet Amour que nous réclamons incessamment, pour nous-mêmes ?

Avons-nous éliminé de notre esprit, de nos mentalisations, tout ce qui pourrait nous porter à privilégier tel ou tel aspect d’une chose ou d’un être, sans faire de différence, sans préjuger d’un quelconque bien fondé, sans se dire « cela est bon-pour-moi », « cela n’est pas bon-pour-moi » ?

Avons-nous éliminé nos attitudes préférentielles d’attachement et d’aversion ?

Avons-nous suffisamment réfléchi, médité, sur le fait que dès que nous relions nos attitudes au moindre préjugé qui s’élève en nos pensées … dès que nous relions nos attitudes aux moindres pensées de distinctions, de préférences… nous mettons un terme à l’ouverture, à l’équanimité de notre cœur, bloquant en quelque sorte la germination, la floraison et l’épanouissement de LA BONTE FONDAMENTALE de l’être….

Et donc, par défaut de pollinisation, en tous les êtres…

Et si nous méditions….

31 commentaires:

Lung Ta Zen a dit…

Un lama disait "nous saurons que nous aurons vraiment une vue équanime, lorsque voyant un humain, nous ne discriminerons pas entre le fait que nous voyons un homme ou une femme"

bon j'en suis pas encore là
(surtout si c'est une femme ;-))) )

je t'embrasse chère Mutti et merci pour ce rappel

juste s'asseoir

frédéric ☆

MUTTI a dit…

Un grand lama, de grande sagesse… sans nul doute… portant l’équanimité jusqu’à « la vue »… certes, en ce corps, je n’en suis pas là non plus… :)

Et même, sans l’opportunité de discerner le sexe des êtres qui m’entourent, je me sentirais quelque peu… extraterrestre ! ;)

Ma réflexion méditative SE BORNE, pour le temps présent, à adopter un regard aussi spacieux que possible afin d’agir dans une totale disponibilité envers ce qui se présente… sans négliger le fait qu’ici et maintenant coexistent le féminin et le masculin et que, l’un et l’autre, se perçoivent « différents »… Pour autant, l’agir bienveillant s’instaure en toute équanimité et l’amour est égal.

Peut-être que « l’âge » me permet de ne plus avoir à discriminer entre « un mâle » ou « une femelle » pour manifester de l’amour et de la compassion… avec vigilance et lucidité… bien évidemment… ;)

Merci à toi cher Frédéric,
Je t'embrasse tendrement.

Lilou a dit…

Tes mots me renvoient à la question " qui suis je ?"
et celui en face de moi "qui est il ?"

Chaque fois que nous définissons un "je" il détermine notre regard sur le monde.

Ainsi si "je" suis Lise qui lit tes mots, "tu" es Mutti qui les écrits.
Il est pourtant un espace entre les mots, ce "rien" qui contient
"tout" où " Nous sommes ".

Vient alors un chant, un parfum, comme un silence que portent les mots eux mêmes, qui nous englobe et nous dépasse en nous reliant.
Nous nous sentons Vivants, vibrants .

Merci à Toi .

Peau d'âme a dit…

Si notre chemin éclairé par le regard du cœur et non celui de l’esprit, s’élargissait à l’ infini en la beauté des paysages humain, qu’il serait agréable de voyager de soi a l’autre, de l’autre a soi, enrichissant jour les pas ou chemine notre âme…
Merci Mutti pour cette note qui me permet d’élargir ma vision…
Je t’embrasse.
Virginie.

Ariaga a dit…

C'est un chemin vers l'inaccessible étoile que tu nous proposes là et il va demander bien des méditations...Je t'embrasse.

Lung Ta Zen a dit…

se BORNER est ce bien équanime ? lol

je t'embrasse chère Mutti non bornée ;)

▷ frédéric

MUTTI a dit…

Merci de tout cœur chère Lilou, en ce monde il est doux de percevoir que quelques paroles peuvent être reçues dans un sentiment de « reliance »…
Oui, le « je » que nous partageons de manière indivise, détermine notre regard sur le monde et c’est bien pour cela que l’intention de s’exercer à l’équanimité se pose presque comme une urgence, celle de se relier à la paix de l’esprit, là où se tient l’impossibilité de la violence, là où même « le mental » qui, ici et maintenant nous offre l’opportunité de communiquer se repose enfin et se manifeste calmement…
Tendrement

MUTTI a dit…

C’est moi qui te remercie Virginie… tes mots traduisent une approche consciente de la nécessité d’un regard appréciant le voyage cœur à cœur, d’être à être… même s’il apparaît que tu poses ce possible au conditionnel… Pose ton intention au centre de ton regard et tout l’amour dont tu disposes pour discerner la beauté d’un être, même si cet être ignore encore sa beauté…
Tendresse

MUTTI a dit…

Est-elle véritablement inaccessible cette étoile, douce et tendre Amie-Ariaga ? N’émanons-nous pas de sa Présence ? Certes, nous ne pouvons le découvrir que si nous cessons de permettre en nos cœurs et nos têtes que les assauts d’un mental agité dirigent nos attitudes et nos actes… Oui, méditons, longuement et patiemment… Je t’embrasse tendrement.

MUTTI a dit…

Ah Ah Ah ! Tu me nargues ... :) mais je ne bouderais pas... LOL ;)

"La borne" n'est pas dans mon esprit, elle s'est juste posée au niveau de ma réflexion méditative...

Amitié et tendresse sans borne ni limite pour Toi, Ami-Frédéric...:)

Je t'embrasse

ZOE a dit…

Vous n'avez pas l'impression de jargonner ? ... Et finalement de ne plus parler que de vous entre vous qui avez tous le même jargon ? ... Non ! bien sûr . Vous êtes tellement convaincus d'être universels ...

MUTTI a dit…

Que de souffrance et de discrimination en ces quelques mots… :)
Interrogation, affirmation tranchée et tranchante… jugement… opinion elle-même née d’une impression, d’un sentiment d’exclusion guidant ce rejet-reflet de violence et de colère… Tant de blessures… que révèlent vos magnifiques photos forestières, vos longues promenades en solitaire…
Nous sommes tous des arbres, des arbres qui marchent, des arbres qui souffrent et peinent à entendre et à comprendre la Vie… oui, il y a de l’universel en cela… l’univers n’est-il pas, l’ensemble de tout ce qui nous offre l’opportunité de… penser, d’observer, d’expérimenter… pour finalement communiquer, ou pas… de partager, ou pas …

Face à l’immensité de l’espace, aux centaines de milliards de galaxie qui peuplent l’univers, qui suis-je, qui sommes-nous, qui êtes-vous, sinon « insignifiants »…

Cette conscience là, couplée à la notion d’un « moi-je » féru de son importance, n’appelle-t-elle pas à développer en nous-mêmes, en soi, face à la nature, aux êtres vivants de toutes espèces, une écoute, un regard, un échange, une parole, libre, douce et ouverte… et quand bien même cette parole prendrait-elle l’apparence « d’un jargon » à l’oreille de quelques uns… ne nous appartient-il pas, humains que nous sommes tous, l’opportunité d’apprendre quelque langue étrangère ?
Bien à vous Zoé,

ZOE a dit…

La condécendence dont vous faites preuve à mon égard vous conforte dans votre posture de sage . Je pense que ce n'est qu'un masque qu'adoptent les adéptes du New-Age . J'ai révée récemment d'un de ces sages qui éduquent le peuple et je crois en mes réves et j'ai vue son vrai visage et j'ai compris que je ne me trompais pas , hélas ! .... Je ne serai jamais d'accord avec aucun de vos dogmes , voilà le plus important que je puisse vous dire : mon désaccord absolu d'avec vos dogmes et celà pour toujours . Je ne vous expliquerai pas pourquoi car ce serait trop long , inutile , et violent .... Mais ce désaccord je vous l'offre .....

Chronophonix a dit…

Je trouve dans mon quotidien maintes occasions de voir la réactivité du mental (= manque d'équanimité) ou l'absence de réactivité de ce même mental (= équanimité); quelques exemples, à la volée :
-quand "windows" plante!!!
plus sérieusement :
-le matin au réveil
-au volant de ma voiture
-en compagnie de mes enfants
-en compagnie de mon épouse.
-etc..
Et je n'oublie jamais que "là où j'en suis", c'est plutôt "là où j'en suis ici et maintenant" car la seule appréciation possible est toujours pour maintenant."Là où j'en étais" et "Là où j'en serai" n'existe pas...débusquer le mental chaque fois qu'il se manifeste est une voie royale vers l'équanimité.

Chronophonix a dit…

J'ai oublié ceci : j'ai posté il y a une semaine un article au sujet d'un film allemand peu connu, "Illumination garantie" qui évoque quelque peu ce vaste sujet.

MUTTI a dit…

Zoé … Stéphanie semble-t-il… Merci pour votre offrande…

Pourquoi ne pas lâcher vos mots, longs, inutiles et violents au cœur même de votre blog qui respire si bien la beauté de la nature qui vous entoure…

Vous êtes dans mes liens, je convie tous mes amis à vous visiter…
Bien à vous,

MUTTI a dit…

Michel … «Et je n'oublie jamais que "là où j'en suis", c'est plutôt "là où j'en suis ici et maintenant" car la seule appréciation possible est toujours pour maintenant."Là où j'en étais" et "Là où j'en serai" n'existe pas… »…
J’adhère pleinement à ton énoncé, et je t’en remercie…

En osmose « mentale » évidente (sur quelques secondes) face à Windows… parfois face à mes enfants et petits enfants… pour le reste, pas de voiture (pas même un vélo) et plus d’époux… Me reste le sourire et le rire…
Bien à toi,

MUTTI a dit…

Michel, à nouveau merci de signaler ici cet article…
je suis passée, j’ai visionné et pris en note ton commentaire nous expliquant comment télécharger les 12 archives…
Très intéressée par le DVD, je me contenterais du sous titrage en anglais… ;)

ZOE a dit…

Vos amis ne me visiteront pas longtemps car j'ai horreur de la célébrité et ils s'en rendront vite compte et ne trouvant rien à visiter, s'en retourneront chez eux entre eux . Je me rend compte que vous êtes finalement comme tous ces professeurs de vertus et de spiritualités de toutes sortes qui fleurissent partout . Je me rend compte que je ne serai jamais la diciple d'aucun et cela me réjouis . Alors pourquoi je n'écris pas sur mon blog ? Pour ne pas devenir un de ces innombrables gourous de la blogosphére tout simplement ....

Anonyme a dit…

Tant que l'on ne se donne pas à soi-même ce que l'on veut voir chez l'autre, l'équanimité devient difficile - l'équanimité qui vient du coeur...
Bonjour Mutti et belle journée !

Anonyme a dit…

L'anomyme = Nathamsa ! ;-)

MUTTI a dit…

Bonsoir Nathamsa, tes mots sont très justes et nous font rappel de ce qu'il est utile de s'offrir à soi-même.
La plus grande difficulté pour manifester l'équanimité du coeur, c'est de s'être installé, jusqu'à l'identification, dans la souffrance, parfois jusqu'à la considérer comme une vertu réparatrice d'un sentiment (conscient ou inconscient)de faute, de culpabilité... Le moyen mental le plus sournois pour se couper de l'amitié, de l'amour que l'on pourrait se porter à soi-même... et donc à l'autre...

Je te souhaite un très beau et bon dimanche...

ambre a dit…

bonjour Mutti,
j'ai lu ton texte, j'ai commencé à t'écrire ce que cela m'inspirait, pour finalement aller réagir sur mon propre blog avec la très légère impulsivité que tu me connais sans doute ;-)
Ya aussi un autre point dont je n'ai pas parlé sur mon blog mais qui m'interroge

si la personne en face de toi, elle en a rien à fiche de ta bonté et qu'elle est violente, tu gardes ton coeur ouvert ? tu te laisses piétiner ?
comment ils font les gens qui vivent dans des conditions d'extrême irrespect, pour survivre? à quoi ils se raccrochent ? (ma question est-elle claire ?)
les Gandhi, les Etty, yen a pas beaucoup^en ce monde ..
bien amicalement à toi Mutti
je t'embrasse

MUTTI a dit…

Chère Ambre : "si la personne en face de toi, elle en a rien à fiche de ta bonté et qu'elle est violente, tu gardes ton coeur ouvert ? tu te laisses piétiner ?"

Tout d'abord, QUI piétine-t-elle, sinon une image née de ses interprétations, de ses opinions, de sa propre histoire ...

Et pourquoi devrais-je, devrions-nous, devant telle ou telle situation de provocation, d'agression, oublier ce très long, parfois extrêmement difficile et rude cheminement vers la paix de l'esprit...

Demeurer dans l'amour et la paix de l'esprit quoi qu'il arrive... hihihi !!! nous le valons bien ! ;)

Je t'embrasse

ambre a dit…

bien bien, alors comme tu n'habites pas loin de chez moi je vais venir prendre des cours de sérénité chez toi ;-)
bisous

MUTTI a dit…

Ce serait avec plaisir, Ambre, si la sérénité pouvait être le résultat de quelques cours... ce qui n'est pas le cas, et tu le sais fort bien. :)

Lung Ta Zen a dit…

@ Ambre

pour répondre autrement que Mutti tout en allant dans le même sens

1/// les bases

Croire en cette bonté primordiale et universelle, veut bien dire ce que cela veut dire : c'est une croyance
elle est fondée sur le fait que les êtres vivants ont les mêmes besoins d'amour, de reconnaissance, de sécurité

2 /// L'expression de ces bases

Et si des scientifiques (comme Dawkings) ont montré que la solidarité fait partie des comportements qui permettent suivant les lois darwiniennes, la sauvegarde de l'espèce, il n'empêche que suivant le milieu dans lequel on vit, sa personnalité, certaines personnes pourront exprimer ces besoins d'une manière violente

Le fait qu'ils soient bourreaux n'empêchent pas leurs besoins fondamentaux et donc le fait d'avoir un esprit de bonté en eux, qui s'exprime d'une manière brutale (comme ceux qui disent "qui aime bien, chatie bien" !!!!!!!!!!!!!!! ou comme le dirait le dirigeant d'un parti d'extrême droite : "un coup de ceinturon pour éduquer un enfant cela ne fait pas de mal, la preuve j'en ai reçu", sans se rendre compte de son raisonnement par l'absurde)

3 /// la réaction à ces expressions

Enfin comme le dit Mutti, il ne faut pas que la violence de l'autre nous entraîne dans un comportement violent et emporté.
Il n'empêche que si on doit DANS TOUS LES CAS FAVORISER un comportement non-violent, il faut qd même savoir qqs points :
A - on n'a pas à laisser l'autre s'enfoncer dans sa violence, si on peut l'en empêcher

B - on n'a pas à laisser l'autre à renforcer sa souffrance dans la violence ne l'autorisant à nous violenter ou en lui montrant, par la soumission, que la violence est une solution

C - on doit répondre d'une manière adaptée au comportement de l'autre et à nos potentialités :

a : par la persuasation, cela parait très difficile, dans la réalité cela l'est moins, ramener à ses sentiments (peurs, inquiétudes), au pour quoi de son geste (pourquoi m'attaquer moi ? qu'est ce que je représente ? qu'est ce que vous fuyez...), mais cela ne doit jamais être la seule solution, surtout si elle est trop risquée par une non écoute en face

b : par la force si on peut (rappel de la loi, appel aux forces de l'ordre, arts martiaux non offensif type Aïkido)

b : par la fuite pour conforter les points A & B ci dessus. La fuite peut être dans la diversion aussi,agressé en ville, personne ne bouge, criez AU FEU, cela désarçonne l'adversaire et les gens rappliquent plus facilement. Sinon souvent la pratique de a est une façon de préparer sa fuite

c : par la soumission apparente et stratégique, si on ne peut fuir, ni faire appel à la force, il ne sert à rien de se "sacrifier", il vaut mieux stratégiquement se soumette, se mettre en position basse, pour attendre le moment opportun de mettre en oeuvre a ou b

je t'embrasse

frédéric

Lung Ta Zen a dit…

des petites fautes dans mon texte, un petit b en trop qui aurait du se transformer en d etc...
si pas clair je peux le réécrire
désolé

http://sarasvati.over-blog.net a dit…

C'est vrai que notre méditation trouve son application dans l'adversité si je puis dire...Nous avons la CNV que décrit Lung Ta, souvent la fuite est celle devant notre propre colère. Et puis comprendre que l'agressivité est souvent une demande de reconnaissance, pouvoir l'accueillir nous aide à développer la patience et il en faut! Bises à vous
Sonam

MUTTI a dit…

@ Lung Ta
et @ Sonam

Apprentissage du jour, que je retire en toute humilité et avec amour...

de Lung Ta avec ma reconnaissance :
"a : par la persuasation, cela parait très difficile, dans la réalité cela l'est moins, ramener à ses sentiments (peurs, inquiétudes), au pour quoi de son geste (pourquoi m'attaquer moi ? qu'est ce que je représente ? qu'est ce que vous fuyez...), mais cela ne doit jamais être la seule solution, surtout si elle est trop risquée par une non écoute en face."

de Sonam avec tout autant de reconnaissance :
"C'est vrai que notre méditation trouve son application dans l'adversité si je puis dire..."

Et c'est avec une grande tendresse pour ces deux êtres, et un certain nombre d'autres dont je n'ai pas besoin de citer le nom puisqu'ils se reconnaîtront en leur équanimité... que j'éditerais bientôt mon dernier billet virtuel...

M'étant fait, grâce à cet intermède, le rappel que nous n'avons nul besoin d'offrir le bâton pour se faire battre... je remercie tout un chacun pour les éphémères mais beaux instants vécus ici.

Bien à vous TOUS,
MuttiFREE

Anonyme a dit…

lonza academic incoming confex claimant shares withthe almighty bharuch ceos pulsating
masimundus semikonecolori