Loneliness

Loneliness

jeudi 10 janvier 2008

Ne craignez pas la Vie !

création numérique Muttifree

… « Nous avons pris nos vies en mains, nous les avons modelées, moulées, réglées. Le consentement à tout laisser venir, le consentement à laisser la vie universelle nous saisir, à la laisser façonner notre vie, nous mouvoir, nous conduire, nous s'y sommes pas prêts. Nous craignons la vie. Nous voulons vivre et pourtant nous avons peur de vivre. Nous avons peur des lendemains, nous avons peur de l'inconnu. Nous nous sentons tellement en sécurité avec le connu que nous voudrions qu'il soit seul à bouger.
Vivre le passé au présent, c'est ainsi que l'on s'imagine « vivre ». Soit nous essayons de projeter les jours d'hier sur les jours présents, soit nous tentons d'utiliser et d'exploiter aujourd'hui pour demain.
Mais demain n'est jamais là.

Ce qui est là est le jour d'aujourd'hui, maintenant, ici.
Quoi qu'il arrive, laissez-le arriver.
Vivre, c'est être en mouvement avec la créativité de la vie, à travers vos regards, vos mots, vos comportements relationnels.
Sécurité, insécurité, prestige, utilité, respectabilité, tout cela est secondaire. L'essentiel est de vivre.
S'il y a l'amour de la vie, l'intérêt pour la vie, s'il y a un désir de découvrir ce que vivre signifie, alors il y a l'humilité de vivre le peu que vous comprenez.
Alors vous devenez une lumière pour vous-même. Advienne ce qu'il adviendra.

Si l'on est honnête, loyal et sincère avec ce que l'on comprend, on n'a pas besoin de gourous, de maîtres et de professeurs, parce que la compréhension est la lumière allumée par la sensitivité elle-même. C'est la vie divine en vous qui allume cette lampe de la compréhension. Ne vivez pas de connaissance, mais de compréhension. La connaissance est un passé mort, la compréhension un présent créatif.
Lorsque la créativité remplit l'aujourd'hui, tout l'avenir descend sur la terre.
Le futur c'est maintenant, le futur est ici, le futur est présent éternel.
La vie est le maître toujours présent qui enseigne dans chaque situation, chaque défi, à tout moment.
Nous ne sommes pas seuls ni isolés dans notre quête du sens, de la nature de la réalité, nous sommes entourés par la vie... sa pulsation, sa vibration. Nous apprenons à être alertes et sensibles, de sorte qu'à tout moment nous sommes capables de toucher la vie, sous le fait, le mot, le geste.
Nous devons apprendre à être avec notre être, à le regarder, à l'observer, à lui devenir familier, à comprendre sa réalité et à être avec lui dans l'élégance de la simplicité, totalement libre d'effort et de recherche, et libre du désir de nous en éloigner.
Dans cette austérité de la perception, de la compréhension et de la détente inconditionnelle se libèrent des énergies nouvelles. C'est l'épanouissement de l'être qui met un terme à la souffrance.
Vivre n'est pas un mouvement de la connaissance, de la pensée qui est un play-back de la mémoire, c'est un mouvement de compréhension personnelle.

Ne craignez pas la vie ! Ne craignez pas la liberté ! Ne craignez pas l'amour ! … »


Vimala Thakar

12 commentaires:

paradox a dit…

Vivre, c'est aussi communiquer avec les autres.

Et si notre apparition ici-bas n'était finalement qu'un moyen pour communiquer avec l'autre ?

Est si prendre conscience de cet état de fait permettait alors de mieux se comprendre soi-même ?

Et s'il nous fallait passer par la matière pour que notre être, par l'intermédiaire des interactions, puisse se révèler pleinement ?

Et si notre monde n'était qu'un moyen d'expression de notre être ? Afin de prendre identité ? Afin de devenir être singulier ?

MuttiFree a dit…

Bonjour Christophe,
Quatre questions (et une affirmation imparable : vivre,c'est aussi communiquer avec les autres...) donc quatre sujets de réflexion sinon de méditation. C'est un cadeau inestimable... que tu m'offres en partage avec tous ceux qui passent ici...

Merci, Merci...

paradox a dit…

Merci de les recevoir.

lasiate a dit…

Sécurité, insécurité, prestige, déchéance, utilité, respectabilité, scandale c'est cela vivre! Se regarder le nombril c'est mourir avant d'avoir vécu. En fait la vie pour moi c'est l'alternance de moments d'action et de moments d'introspection!
"Nous devons apprendre à être avec notre être" est ce que de telles tautologies sont des leçons de vie ou de simples leçons de rhétorique.

MuttiFree a dit…

Leçons de vie ou leçons de rhétorique ? Encore une sérieuse réflexion, ou méditation, que notre ami Lasiate débusque dans la parole de Vimala Thakar...

Je vis, depuis l'âge le plus tendre, dans l'idée toujours présente de ne pouvoir être autrement que ce que je suis, de ne pouvoir "faire autrement" que de constater les conséquences de mes jaillissements d'actes ou de paroles (le premier des actes à mon sens), en bref d'être ce que je suis dans l'instant selon et "en réponse" à la situation, en interaction avec le déroulé de ce qui se présente, sans réelle possibilité de modifier (retrancher ou ajouter) quoi que ce soit à ce qui EST, hormis de "com-prendre"...
en ce qui me concerne donc, cette parole de Vimala est toute entière déjà inscrite en ce corps et en la tête qui le conduit... à être ce qu'il est, tel qu'il est... sans peur ni reproche... hihihi... ah zut ça c'était pour Bayard !

Lung Ta a dit…

en fait par ce texte je saisis que l'humain n'a pas tant peur de mourir que de vivre !

cela explique bcp de comportements

MERCI de cet extrait

Chaleureusement

paradox a dit…

lasiate,

ce regarder le nombril fait aussi partie de la vie : parce que chaque être fait partie de la vie, tout autant que ce que tu as dis fait partie de la vie.

La seule chose c'est, (peut-être), qu'aucune des parties n'est plus importante que les autres.

ariaga a dit…

Si on peut donner le nom de "sage" Vimala le mérite. j'ai eu la chance, il y a quelques années, de suivre un de des séminaires (en Belgique) et j'ai eu l'impression de progresser. Je t'embrasse.

MuttiFree a dit…

Hélas oui, Lung Ta, il suffit de voir combien le plus grand nombre s'escrime à s'entourer de garanties et d'assurances de toutes sortes et d'observer que ces assurances ou "rassurances" visent davantage à se protéger des aléas de la Grande Aventure que la Vie dessine pour chacun... La peur suinte partout, c'est là le principal drame humain...

Très tendrement.

MuttiFree a dit…

Bien d'accord avec toi aussi, cher Paradox, "aucune des parties n'est plus importante que les autres". Quelque soit le positionnement intellectuel, mental, émotionnel, artistique, scientifique, sensitif d'un individu - positionnement sur lequel d 'ailleurs le plus souvent il ne peut excercer aucun véritable contrôle et encore moins de maîtrise - ce n'est jamais que le positionnement d'un témoin face à un autre témoin...

Et tous les témoignages se valent, n'est-il pas ???

MuttiFree a dit…

Bienheureuse es-tu Ariaga, d'avoir rencontré cette merveilleuse "disciple" (ce n'est qu'un mot) de Krishnamurti...
et j'apprécie ta manière de mettre le mot "sage" entre de jolis guillemets (je raffole de cette relativité qu'offrent les guillemets)... "savoir" ce qu'est, en vérité et en effets, "la sagesse" me paraît bien difficile mais selon le critère usuel, alors OUI, Vimala mérite d'être écouter, entendu, COMPRISE.
Et, en ce qui me concerne, c'est très simple... je l'aime...

Je t'embrasse.

Anonyme a dit…

si la liberté est explosive
je veux bien me bruler ls mains
tilk.over-blog.com