Loneliness

Loneliness

mercredi 16 avril 2008

Instant... de Philo

Arts de la rue… Miss Tic

"Comprendre autrui"

« Chaque jour nous rencontrons des proches, des amis, des voisins, des êtres humains. Nous vivons avec autrui, nous sommes plongés dans le milieu de la relation. Nous reconnaissons l’autre à son allure, à sa voix, à ses qualités de caractère. Autrui nous est en cela familier.
Mais cela ne veut pas dire que d’emblée nous comprenons l’autre.
Ceux que nous croyons semblables au premier abord se révèlent toujours différents de ce que nous aurions pu penser d’eux.
L’expérience d’autrui est familière mais elle nous plonge aussi dans une formidable diversité ; elle nous fait rencontrer la particularité de chacun.

Or, pour connaître le plus souvent que faisons nous ?
Nous nous servons de catégories toutes faites.
Nous disons de Pierre qu’il est « musicien », de Paul que c’est un « dépressif » ou un être « gamin ».
Les termes de « musicien » ou de « dépressif » ou « gamin » conviendraient tout aussi bien à un autre que Pierre.
Ils ne décrivent pas ce qu’il est, ce qu’il possède en propre ce qui le rend différent de A ou B.

Aristote disait qu’il n’y a de connaissance que du général et d’existence que du particulier.
Comment parvenons-nous à surmonter cet obstacle? Qu’est-ce qui nous permet de comprendre autrui ?

Nous sommes habitués à un schéma de compréhension : nous pensons que comprendre, c’est saisir une idée, ou un concept. Dans l’ordre du savoir, comprendre un phénomène, c’est être en mesure de l’expliquer.
Toutefois, comprendre, est-ce vraiment la même chose qu'expliquer ?

A l’égard d‘autrui, que signifie le mot comprendre?
On dira plus volontiers que l’on comprend quelqu’un et que l’on explique quelque chose.
Nous ne pouvons pas dire « expliquer quelqu’un », car le mot expliquer appelle une réponse arrêtée, une « explication » alors que nous savons bien qu’une personne est toujours complexe et que nous ne pouvons pas en faire le tour dans une « explication » toute faite.

Dans l’explication, il y a aussi une idée de décomposition, d'analyse qui ne va pas avec l’idée d'appréhension globale que comporte la compréhension. » .....

Extrait d’un cours de Philosophie de Serge Car
http://sergecar.club.fr/index.htm


7 commentaires:

Murièle a dit…

Comprendre l'autre ....

Pour cela, je le laisse se raconter et dans cette musique... je rentre en contact avec lui, je l'écoute et il m'emmène avec lui ...

je peux l'approcher mais jamais l'enfermer dans des mots car ce qui l'habite est insaisissable ...

De tout mon coeur

Guelum a dit…

Lorsqu'on me demande de me décrire, je parle de tout un tas de choses superficielles... décrire le fond de ma pensée même, je ne m'y hasarde pas car il s'agit d'un état dans un temps...
Bien sûr, il y a des traits généraux qui ne varient pas ou peu. Comprendre serait reconnaître les causes et les principes qui amènent à un état dans un temps(contexte).
Connaitre quelqu'un c'est connaitre toutes les causes et tous les principes qui ont amené l'état dans le temps (contexte) présent de la personne : ce qui pour moi est quasiment impossible.
Je pense qu'il faut toujours travailler (chercher) à apprendre l'autre, en permance pour aspirer à s'approcher de la connaissance; mais aussi soi-même, ce qui nous permet de faire le moins d'erreurs possible.
Merci d'avoir proposé cette réflexion, sur un thème si important et souvent bien trop simplifié...
Bise

MuttiFree a dit…

Murièle,
Le laisser se raconter, suivre sa musique grâce à une pleine écoute, se laisse emporter pour l'approcher sans l'enfermer dans la vision de soi-même... c'est cela apprendre l'autre et le laisser Amoureusement être librement ce qu'il est... MERCI.

Infinie tendresse.

MuttiFree a dit…

Guelum,
Oui, l'instant, le temps, la mémoire, les causes inconnues et inconnaissables, tout ceci organise le sublime mystère de l'autre... apprendre l'autre pour s'apprendre soi-même. Quelle plus belle aventure parmi tous les possibles, pourrions-nous trouver dans les cycles du temps existentiel... S'apprendre, l'un et son reflet, l'autre...
Eternel face à face avec le Soi.

No difference, no duality...
Lot of kisses

Lilou a dit…

Pour que l'autre passe dans toute la magesté de son Etre, ne faut il pas que je sois libre en moi d'accueillir..juste accueillir .

MuttiFree a dit…

Lilou,
Accueillir… oui… le maître mot de l’ouverture.
Accueillir… offrir l’hospitalité de son cœur et de son regard pour cueillir le regard de l’autre dans l’acceptation, la tolérance, la sensibilité à ce que ce regard exprime.
Oui, accueillir pose le préalable de s’être ouvert à soi-même, de s’être accueilli, accepté, en toutes formes d’expression et de manifestation, en la plus grande tolérance à nos failles, nos souffrances… de s’être ainsi reconnu libre… de se manifester …
Et d’accueillir, juste accueillir, un autre soi-même avec la particularité de son expression individuelle… en réalité, indivise.

JT a dit…

Bonjour,
Voilà un vaste sujet...
Il a fallu que je me lève que je le "mastique" et que je revienne m'asseoir avant de poser les quelques mots qu'il m'inspire!
Muttifree exprime parfaitement cette quête nécessaire de la "tolérance à nos failles"; j'irais plus loin: la tolérance étant un début, et pas encore acceptation...

Notre crainte de l'étranger est telle qu'il est très difficile d'accueillir ce que nous ne connaissons pas. C'est pourquoi il convient d'apprivoiser nos versants les plus sombres, de les accepter, de les reconnaitre comme parties indivisibles de nous-mêmes pour accueillir avec bienveillance l'autre... qui nous habite...l'autre dans toutes ses dimensions...
Booof
Ce n'est pas forcemment plus clair, la philosophie est aussi un art qu'il faut maitriser!
;-)

Belle journée à vous....