Loneliness

Loneliness

vendredi 7 septembre 2007

LA COLERE


Amis, regardons bien la colère lorsqu’elle « monte en nous » selon la juste expression du vocabulaire commun, puisqu’elle jaillit bien de nos profondeurs,
Regardons la tandis que peu à peu elle monte jusque sous le nez puis à la racine des yeux pour justement être au plus près de notre regard.
Regardons-la
Éprouvons-la…

Alors Ami, VOIS, la Colère,
Cet orage grondant qui s’élève emplissant tout l’espace de l’intelligence d’un lourd et épais nuage rouge puis noir.
Entends comme elle gronde.
Observe la tornade qui surgit alors en ondes rougeoyantes et meurtrières roulant et déroulant puissamment le nuage noir qui claque et tonitrue jusqu’aux limites de ce crâne qui ne devrait refléter que l’espace Intelligence.
Observe, l’onde écarlate qui incendie cet espace, dévaste et dévaste encore, libérant des rafales de vents et d’eau qui arrachent, noient et détruisent tous les germes de conscience et de compréhension sur son passage, puis, tâche accomplie, te laisse exsangue, sans voix, ni force, tel un animal mortellement blessé, qui s’essaie à lécher ses blessures sans savoir ni comprendre d’où est venue cette attaque dévastatrice, et sans voir l’autre - générateur ou receveur de l’impact destructeur – en face, tout autant blessé, meurtri, anéanti.
Observe la Colère, Ami, lorsqu’elle monte en toi, observe bien sa puissance, ses couleurs et son rôle…

Comprends, prends conscience, Ami, que l’usage de la Colère appelle à une parfaite connaissance de ses effets, parce que sans connaissance ni conscience, l’usager lui-même, s’il se laisse emporter par les torrents déferlants ne restera pas indemne.

La Colère est un feu Noir aux écarlates étincelantes, et ce Feu, en un crâne inconscient devient une calamité. Toute âme qui, ne connaissant pas cette force, se laisse chevaucher, ou tente de la chevaucher sans conscience, détruit… et se détruit.

Seule, un être conscient et connaissant peut être appelé à utiliser cette force, la chevauchant d’une main ferme, la maîtrisant, pour offrir cette force à son Action.
Seule, la Maîtrise de l’Energie que déploie la Colère permet d’en découvrir son avers, la Créativité.

Ainsi en est-il de tous les « objets » de la conscience, de tous les sentiments-qualités-vertus-défauts, dès qu’un effort de compréhension (prise en soi), un juste regard, un face-à-face conscient, conduit à VOIR l’avers et le revers de la chose observée.

Ainsi, s’ouvre la porte du Discernement.

5 commentaires:

Isabelle Dys a dit…

Aujourd'hui, en m'observant, je peux déceler le moment où la colère vient et j'en constate le déclencheur et je sens qu'elle obstrue mon jugement.
La colère est une altération de la conscience, un feu, oui, la découvrir et la calmer ne peut être que bénéfique.
Mais n'est-elle pas parfois encore une expression de notre amour , de notre désir de justice un temps bafoué...

Merci

Anne marie a dit…

Merci ,pour ce regard sur la colère.
A mettre en pratique!! Que signifie le mot défaut? pour moi,c'est un mot négatif!
C'est comme le bien et le mal il n'y a pas de bien et de mal ,toutes les expériences sont là...Et c'est ce qui nous fait avancer sur le chemin.
Amitié et à bientôt de te lire.

MuttiFree a dit…

C'est moi qui te remercie, Anne-Marie, puisque tu énonces " a mettre en pratique !!" et tu as raison, le mot défaut peut apparaître "négatif", sauf peut-être quand on le relie au mot "manque" faire défaut, n'est-ce pas manquer ? Et aussi, bien d'accord avec toi, tout est "expérience", tout est "éprouvé" pour comprendre et avancer... mais alors il n'existe pas plus de négatif, pas plus de positif... ces mots là ne seraient-ils pas une forme élaborée des mots précédents, le bien et le mal ?
Bon week end, Anne Marie, sincère amitié et à tout bientôt.

MuttiFree a dit…

Chère Isabelle,
« La colère peut-elle être parfois une expression de notre amour, d’un désir de justice un temps bafoué… »
Je ne puis répondre que « je ne sais pas »…
Sans doute cette possibilité peut-elle se manifester au plan de l’amour émotionnel, de l’amour encore perçu comme un simple sentiment, déclencheur de ce désir de justice dont tu parles.
Cependant si nous parlons de l’énergie de l’Amour, de cette flamme qui nous fait reconnaître que chaque être est une manifestation individuelle (et indivisible) du Soi, je ne Vois pas comment cela pourrait être possible.
Cela dit, j’ai parfois entendu parler de « colère sainte » !!!
Il ne me reste plus qu’à méditer sur ton commentaire et je t’en remercie.
Très affectueusement.

Isabelle Dys a dit…

C'est juste il s'agit sûrement plus d'émotion que d'Amour et la colère peut devenir le premier pas vers des sentiments moins passagers et plus destructeurs que cette "colère sainte". Mais s'il s'agit d'aimer, il s'agit sans doute de voir l'amour jusque dans les endroits les plus inattendus quand les mots nous manquent, quand nous sommes petits, quand le "non" grandit et gronde pour bouleverser les choses...
Je ne sais pas.
Je te remercie en tous cas pour ta réponse, infiniment juste.