Loneliness

Loneliness

samedi 7 novembre 2009

OUI, A L'HARMONIE ...


Le billet précédent, cette riante histoire de virus du bonheur
peut apparaître utopique...
certains « le pensent » vraiment.
Pourtant il existe bien des enseignements,
bien des paroles de « maîtres »,
un nombre considérable de langages divers pour exprimer que :

L’HARMONIE, LE BONHEUR, LA JOIE D’ETRE,

SONT DE L’ORDRE DU POSSIBLE

* * *

Paroles de Svami Prajnanpad


[…] « Regardez avec lucidité ce qui est, ce que vous êtes, ici et maintenant.
Pour cela, vous devez être convaincu que :
la comparaison et les jugements de valeur ne sont absolument pas fondés.

- Rien n’est ni bien ni mal, vous êtes donc, ce que vous êtes, ici et maintenant.

- Tout est neutre, tout est absolu, chaque chose est comme elle est. C’est vous qui la faites apparaître bonne ou mauvaise, agréable ou pénible.
- Celui qui ne se voit pas lui-même n’arrête pas de parler des autres. Il passe son temps à repérer et à mépriser en autrui des fautes et des faiblesses qui sont en fait camouflées et refoulées en lui-même.

- Acceptez-vous vous-même.
Quand vous ne vous acceptez pas et que vous vous imaginez être quelqu’un d’autre, un conflit surgit entre ce que vous croyez être et ce que vous êtes vraiment.
- Vous êtes responsable de votre bonheur. Vous seul(e) et personne d’autre. » […]

* * *

« Méfiez-vous de l’idéalisme


[…] Et méfiez-vous de l'idéalisme parce qu'il vous divise contre vous-même. Le réel doit être l'idéal.
A tout moment, demandez-vous ce que vous voulez. Soyez clair quand à votre objectif et quand vous l'êtes, agissez avec une attention non divisée. « Oui, ceci est à moi.
Je le ferai de tout mon cœur », voilà quel doit être votre sentiment.

La perfection, ce n'est pas de faire quelque chose de grand ou de beau, mais de faire ce que vous êtes en train de faire avec grandeur et beauté….

Votre idéalisme n'est rien d'autre qu'une manière de rejeter. Vous vous séparez des autres et vous appelez cela de l'idéalisme.
Votre idéalisme vous semble précieux. Pareillement l'idéalisme d'un autre lui paraît précieux.
C'est parce que vous rejetez tout ce qui n'est pas vous que vous ne tolérez pas l'idéalisme des autres.
Les communistes combattent les capitalistes. Les hindous se battent contre les musulmans parce qu'ils pensent que leur religion est supérieure. Ce processus de séparation produit uniquement de la souffrance.
Chacun a droit à son idéal particulier. Il faut l'accepter et agir en conséquence.
Quand vous êtes avec un autre, vous devez être avec son idéalisme.
Si vous n'arrivez pas à apprécier son idéalisme, vous devez au moins le tolérer.[…] »

[…] Ne vous enfermez pas dans un idéalisme particulier.

Si vous posez un idéal et que vous ne pouvez pas l'atteindre, vous serez triste et déçu.
Méfiez-vous de la formulation d'un idéal.
Cherchez plutôt à vous épanouir dans le présent.
C'est la méthode la plus rapide pour progresser.
Viser trop haut n'apporte que déception. Le réel est Vrai, l'idéal est un mensonge. »[…]


36 commentaires:

Lung Ta Zen a dit…

Difficile pour moi de ne pas penser néanmoins que des idéalismes sont porteurs de violence en soi, comme la croyance en un dieu créateur qui révèlerait une vérité
car cette proposition implique que hors cette hypothèse révélée il n'y a pas de vértié et que toute autre révélation est fausse (voir dangereuse)

même si par expérience je sais que ces mêmes révélations peuvent tomber dans le cerveau de personnes très tolérantes

quant à l'utopie Théodore Monod disait que c'était simplement ce qui n'avait pas encore été essayé ;)

beau dimanche à toi

frédéric :)

MUTTI a dit…

Ainsi tu veilles...et je ne dors pas non plus... ;)
Il me semble bien que les mots de Svami Prajnanpad indiquent bien ce dont tu parles...notamment lorsqu'il prononce "Méfiez-vous de la formulation d'un idéal"...
Quant à "l'utopie"... je suis entièrement d'accord avec Théodore Monod. :)
Oser est l'un de mes mots favoris, et l'adage "qui ne risque rien n'a rien" fait également partie de mon langage... c'est ainsi que je puis accueillir ce qui vient en n'ayant plus même le besoin de me dire "tout ce qui vient est bien" tellement c'est une évidence...et ce en regard du "karma" tel que ton dernier billet l'expose.
Belle nuit méditative et bon dimanche à toi aussi

M...... :)

Lung Ta Zen a dit…

alors bien que je soie antimilitariste (de base ;) ) je t'offre la devise des Forces Spéciales de 9 pays dans le monde, devise qui m'a toujours marquée dès mon adolescence :
« Who Dares Wins » («Qui audet adipiscitur »; « Qui ose gagne »; « Wer wagt, gewinnt »; « Kto ryzykuje, wygrywa »)

bises et beau dimanche à toi aussi (chez nous cela va être anniversaire en presque toute famille, ne manquera qu'une de nos filles et un de nos petits fils)


frédéric :)

ambre a dit…

ce n'est pas tant que cette "histoire du bonheur" peut paraître utopique, c'est simplement que cela se fait PETIT A PETIT
on s'imagine que d'un seul coup, mm si on a eu jusqu'alors une vie pourrie, on va se réveiller, décider d'être heureux, et paf.
Ben non ça marche pas comme ça, on EST quelqu'un de bien particulier, d'unique, avec son histoire, et surtout ses fonctionnements conscients mais pas pour autant changeables d'un clic, et inconscients
Il faut déjà prendre conscience que le changement est possible
Il faut ensuite l'accepter
Beaucoup de personnes que je connais (moi la première) reste(nt) dans une confortable "souffrance" pas malheureuse, certes, mais pas heureuse non plus.. c'est tellement sécurisant
Il faut aussi apprendre à s'entourer d'un autre type de personnes.. à appréhender les situations d'une autre façon.
Tout cela ne se fait pas en une seule nuit..

Je finirai cette tirade non exhaustive sur une anecdote
On dit que "tout se joue dans l'enfance"
ben des statistiques très sérieuses ont démontré que les enfants qui sourient - adultes ils ne divorcent pas (à vérifier sur les photos de classe ... si l'on a gardé les contacts avec les personnes souriantes :-)))
Heureux dimanche à toi Mutti

ambre a dit…

sinon je suis d'accord avec Frédéric qui dit que l'idéalisme peut être une forme de violence puisque c'est un fonctionnement où l'autre, les autres, n'ont pas tellement la possibilité de dire non
On pense pour eux, puisque l'idéal (le notre) est ce qu'il y a de mieux pour tout le monde :-)

Bon dimanche à tous les deux

PS c'est quoi cette langue ? "Kto ryzykuje, wygrywa "

Lung Ta Zen a dit…

"Polish" personne ne bouge ;-))

A.M. Bruffin a dit…

Oui, je suis comme ça que je le veuille ou non !
Oui, ceci m'appartient et à personne d'autre que moi, c'est moi qui crée mon propre bonheur, j'en suis la seule responsable.
Ici et maintenant je suis heureuse si je le veux!
Merci pour ce billet si important.
Bien avec toi sur le chemin...

lucette virelle a dit…

Hélas Mutti, je n'ai pas l'esprit philosophique (:-((( alors je me borne à te dire que j'apprécie beaucoup cette image de calme irréel
Bon dimanche.

Peaud'âme a dit…

j'avoue que j'ai un du mal a adhérer, et à concevoir une vie sans idéal qui je pense est un moteur important d'évolution au niveau de l'individu et de l'humanité ,même si effectivement cet idéal doit au s'adapter a la réalité (la sienne et celle de l'autre)je ne voit pas non plus en quoi le fait d'avoir un ou des idéaux nuit a la qualité de l'appréciation de l'instant présent ?
si l'on garde a l'esprit effectivement que ce n'est "que" un idéal, non je pense que peut être la violence viens plus effectivement des exigences que l'on se donne par rapport a l'idéal que de l'idéal en lui même...
Bon dimanche,
Virginie

MUTTI a dit…

@Frédéric (2)...
Cher Frédéric, merci pour ce cadeau si plein de ton humour habituel et que j’apprécie, quand bien même, pour bibi, OSER ne s’adjoint nullement le mot « gagner »… il y a si longtemps déjà que j’ai choisi de ne pas même « gagner ma vie » mais de la Vivre très simplement en acceptant… en disant OUI plutôt que NON sauf évidemment si un oui, mal venu, risquait de me faire perdre, inutilement, cette vie précieuse, cet instant exceptionnel qui ne me permet pas de « savoir » s’ il se renouvellera…
C’est décidément un beau dimanche et le tien en famille pour un anniversaire ne peut être que Joie partagée… serait-le tien ?
Je t’embrasse très fort :)

MUTTI a dit…

Bon dimanche chère Ambre, c’est vrai, la pensée commune entretient l’idée qu’il faut du temps, de l’effort et de la patience pour saisir le bonheur à pleines mains… et en pleine tête… pourtant cela peut arriver… face à un maître si un jour l’on s’est fait chercheur, ou brutalement d’une façon « sauvage » suite à un énorme choc … en fait, il n’existe aucune règle, aucun modèle « d’éveil »… ce peut-être très « différent » de l’un à l’autre ; c’est un processus individuel parce qu’en effet chacun est un être « particulier ».
Ce n’est pas tant l’affaire de prendre conscience qu’il est nécessaire de changer… bien au contraire, cette sorte de prise de conscience serait plutôt un rejet de ce que l’on est, une non acceptation totalement inutile…
Il s’agit plutôt d’une « transformation » générée, sans doute aucun, par la Conscience qui, d’une quelconque manière liée à la singularité individuelle, va subitement modifier la compréhension des choses et entreprendre, naturellement, le balayage, le nettoyage de tout ce qui encombrait et gênait pour se sentir, enfin, simple, clair, vivant et heureux d’être…
Pour en venir à ton anecdote qui stipule que « tout se joue dans l’enfance » et aux statistiques qui semblent affirmer qu’un enfant qui sourit ne divorcera pas une fois adulte… alors là hihihi !!! JE NE SAIS PAS !
Mais je suis parfaitement et totalement convaincue de la nécessité de protéger et de préserver le plus possible les instants de l’enfance…
Je t’embrasse

MUTTI a dit…

@Ambre (2)...
« Kto ryzykuje, wygrywa »… il me semble que c’est du polonais et que cela signifie : « qui ne risque pas, ne gagne pas »… si je m'en réfère au "Polish" de Frédéric...

Bien sûr que l’idéalisme contient toutes sortes de germes dont celui de la violence, de l’intolérance… et j’en passe… et le texte de Svami Prajnanpad, en préconisant « la méfiance »ne dit pas autre chose même s’il ne donne pas de détail… et s’il va jusqu’à prononcer que « l’idéal est un mensonge » c’est parce qu’idéaliser n’émane que du mental et d’une opinion axée sur la dualité bien et mal…
Belle journée Ambre

MUTTI a dit…

@Frédéric (3)...
OK, je ne bouge plus, je reste quiète et coite ! ;)
Ah ah ah ! Et je m'en vais passer un coup de "polish" sur mes chaussures ;)
Glossy bises

MUTTI a dit…

Super Anne-Marie !… Tu es comme tu es… de même je suis comme je suis… Nous sommes comme nous sommes n’en déplaise à ceux qui nous jugeraient, qui ne nous aimeraient pas… ou je ne sais trop quoi encore… c’est égal, j’aime pour deux, pour trois, pour tous… et j’OSE ETRE ce que je suis, ici et maintenant…
Bonheur et joie d’être sont notre bien particulier, si nous le voulons, notre singularité expressive, parmi et au-delà de tous les « mais » et de tous les « malgré »…
Sur la route, avec Toi…

MUTTI a dit…

Pourquoi « hélas » ma chère Lucette, l’esprit philosophique n’est qu’une parcelle de l’esprit… comme l’idéal, il ne sert parfois qu’à la division… la simplicité d’être peut fort bien s’en passer…
Merci d’apprécier l’image d’un calme « irréel »… toutefois je te le dis, certaines de tes images symboliques manifestent pleinement le réel… le tien très précisément en ton individuelle singularité et cela, c’est précieux… très précieux.
Belle soirée, je t’embrasse.

MUTTI a dit…

L’important, chère Virginie, n’est pas d’adhérer ou non, c’est justement de partager… de se préciser à soi-même l’orientation ou les objectifs en lesquels nous nous sentirons le plus en harmonie pour communiquer, pour ne pas se positionner isolément dans une identité fonctionnelle qui fera fi des autres identités fonctionnelles…

Etre entièrement dans l’instant présent c’est être totalement présent à ce qui se présente ou advient, c’est donc être sans pensée aucune, sans aucune possibilité de mentaliser… un partage absolu avec ce qui est là… l’idéal n’y trouve pas de place puisque n’existe que ce qui est… dans l’instant !
Douce journée, je t’embrasse, belle âme ;)

MUTTI a dit…

A TOUS

Ah ! hihihi !!! Quel magnifique dimanche… L’IDEAL ! ;)
Oui, oui, l’idéal du partage, spontané, vivant, BIEN REEL, où entre amis(es) nous nous exprimons dans l’harmonie la plus évidente de nos précieuses singularités… ou chacun, chacune exprime ce qu’il est dans l’instant, ce qu’il pense ici maintenant en cet instant T… de lecture !
Magie du dévoilement pour se dévoiler à soi-même sans (trop) comparer ou juger…
Commentaires sincères, multiples et particuliers à une proposition neutre, à un langage peu connu, posé là avec tout mon cœur pour inviter à l’échange…
Magie de la diversité… un Vrai Bonheur…

Un dimanche… idéal en sa profonde réalité.

Infiniment MERCI

ambre a dit…

de rien Mutti :-)

PS pour ce que tu as vu au Sacré Choeur, tu dis rien à personne hein ?
PRO-MIS ???

MUTTI a dit…

Ambre, PRO-MIS... évidemment... un doigt sur les lèvres... chuuuuut... je t'envoie un bisou :)

sonam a dit…

Et...si l'idéal était de ne pas avoir d'idéal mais de s'ancrer dans la réalité...et de voir ce qu'il y a à voir... Je n'ose pas vous raconter ce que j'y vois personnellement, beaucoup de travail encore, l'idéal s'il y en avait un est encore loin!!! Et...puis il faudrait songer à se coucher pour récupérer des forces:)
En attendant bonne journée à vous!
Sonam

Lung Ta Zen a dit…

@ Peaud'âme

Je n'ose (bien que cela soit gagnant ;) ) rajouter qq chose à ce qu'a dit Mutti et pourtant je le fais pour donner mon impression (donc très relative) sur le point de l'idéal

1/// Je ne pense pas qu'il faille vivre dans idéal
Il y a des choses qui nous (é)meuvent qui viennent des tripes et dont nous ne savons pas trop pourquoi, ni si nous arriverons à qq chose, mais il faut les faire
je dirais que pour moi la méditation est de ce type là, une poussée du "hara" qui fait que je plonge dedans ;-)
mais pareil pour un engagement vis à vis de l'écologie, l'humanité, le relationnel, la souffrance etc...

2/// mais je crois qu'il faut prendre cet/ces idéal(aux) comme un moteur dans cet instant présent dont parle Mutti, mais ni comme un but ni comme un espoir, car les deux risquent d'amener découragement et désespérance

Donc idéal, oui, mais attachement à celui ci, non ;-))

chaleureusement

frédéric :)

MUTTI a dit…

Tout à fait d'accord, Sonam, "s'ancrer dans la réalité" et Voir le contenu explicite de cette réalité... sans juger ni comparer, ce qui revient à ne pas mentaliser et donc à Voir réellement la situation...
Hihihi ! Ce corps n'a besoin que de très peu de "sommeil", ce n'est nullement de l'insomnie, et cela a toujours été ainsi... Merci de cette sollicitude...
Tendrement

MUTTI a dit…

OSE, OSE, et OSE encore Frédéric... les tripes, ça participe bien de ce qu'il y a "à l'intérieur", non ? Alors OUI ! ;)
Bises

peau d'âme a dit…

@ lung ta :
tout a fait d'accord , en fait ce que tu dis est assez proche de ce que je pense, c'est ce que j'ai essayé de dire mais des fois je ne m'exprimes peut être pas trop bien :-((, en fait par idéal j'entends vision de vie, mais une ligne ca bifurque, ca peut être courbe et on peut en changer, enfin bref on évolue et on s'adapte, c'est clair qu'il ne faut pas s'y agripper a un idéal au risque de finir ankilosé et aigri !! ;-))
bises à tous !!(ça fait parti de mes idéaux la guerre des bisous!!)
Virginie.

ambre a dit…

ne pas comparer, je crois que c'est ce qui est toujours le plus difficile !
je t'embrasse et te souhaite un bien beau mercredi chère Mutti

MUTTI a dit…

Sans aucun doute ce n'est pas facile puisque cette habitude est extrêmement ancrée dans la façon de regarder les choses et pourtant, bien des souffrances psychologiques ne naissent que dans ce souci de comparaison... en première instance il est "le tueur" de la confiance en soi...
Douce journée chère Ambre, je t'embrasse.

Lilou a dit…

Le bonheur idéal ..
qu'a t il de présent ?

Le présent idéal ..
n'est il pas bonheur ?

Nathamsa a dit…

Oui...
Avoir un idéal en tête, accueillir la vie telle qu'elle se présente, mourir à soi-même et à cet idéal pour accueillir, ressentir, se découvrir (autre), renaître à chaque instant...aussi humble que la terre qui nous porte et nous nourrit...

De retour,
avec le plaisir de te retrouver...

MUTTI a dit…

Oui, chère Lilou, le bonheur ne peut se percevoir que dans le présent,dans l'instanté, dans l'immédiateté d'une situation... et tu le sais si bien que tu l'exprimes incessamment dans un de tes blogs...
Bien à toi,

MUTTI a dit…

Oui Nathamsa, accueillir instantanément ce que la Vie nous propose de rencontrer et y répondre avec le coeur qui ressent, plutôt qu'avec la tête qui analyse... "à condition", peut-être, que le coeur ait cessé de vibrer uniquement sur un mode émotionnel, et soit empli de cette sensitivité qui permet l'harmonie des partages et de la communication...
C'est aussi, bonheur et joie de te retrouver...

Ariaga a dit…

C'est animé ici et je comprends car ce billet est important. Pour moi, je retiendrai, ne vous enfermez pas dans un idéalisme particulier car il y a toujours un moment où vous serez déçus. C'est un peu comme pour les hommes qui sont amoureux de leur "anima" et croient souvent la retrouver dans une femme qui n'est qu'une image de cette anima et puis un jour, au hasard d'un mauvais partage de salle de bain l'image devient un petit tas de cendres. Je t'embrasse amie Mutti.

MUTTI a dit…

Le parallèle entre l'image que l'on se fait de ce qui pourrait être "idéal" et de l'homme amoureux de son "anima" et donc en quête active jusqu'à... la déception, m'apparaît très juste, très chère Amie Ariaga, dans les deux cas, un petit tas de cendres semble, imparable... A tout bientôt, je t'embrasse.

danae a dit…

Bonjour Mutti
Je n'ose pas trop intervenir mais je peux dire que nos pensées font ce que nous devenons.
bisous

MUTTI a dit…

Et tu as tout à fait raison, chère Danaé, c'est pourquoi il est utile d'être bien conscient de ce que nous énonçons, que ce soit oralement ou bien par l'écriture... nos dires sont le reflet de notre pensée et deviennent des actes. La parole est l'acte de la pensée...qui nous révèle surtout,à nous-mêmes... pour ce qui est de ceux qui reçoivent ces paroles, c'est affaire d'interprétation et toute interprétation s'organise en fonction de la manière dont nous pensons... la boucle est bouclée...
d'où...vraisemblablement ;) :) ... l'éloge du silence...
Mais voilà, l'être humain se voit doté de la pensée, alors profitons-en... avec le plus de conscience possible...
Tendres bises

maria-d a dit…

"Tu m'as murmuré perfection, moi je t'ai soufflé harmonie."
Paul Eluard

Beaux jours à vous en une simple joie d'être

MUTTI a dit…

Merci à Toi Maria, qui entrelace avec tant d'harmonieuse beauté les images et les mots que cette simple joie d'être fait jaillir de ton coeur...
Bien à Toi,